Actualités

Formation : l'apprentissage dans le Gard

 
 
Formation : l'apprentissage dans le Gard

Mercredi 15 juillet, Didier Lauga, préfet du Gard, a organisé avec Florence Barral-Boutet, directrice de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTEdirection régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi) une conférence de presse sur les enjeux de l’apprentissage après la crise sanitaire du COVID-19 dans le Gard.

Pour que chaque jeune puisse choisir la voie de l’apprentissage pour se former et s’insérer dans le monde professionnel, l’ Etat, ses opérateurs (Pôle emploi, Cap emploi), tous les acteurs de la formation professionnelle (CCIChambres de commerce et d'industrie du Gard, CMA du Gard, Chambre agriculture du Gard, Mission locale des jeunes de Nîmes) et les entreprises du Gard (Leader Occitanie, Face Gard, Gard entreprise) se mobilisent pour que ce souhait de parcours de formation d’un jeune puisse se concrétiser.

Les témoignages de trois jeunes et des entreprises ont été l’occasion de montrer à quel point des parcours intéressants et originaux peuvent être réalisés par ces derniers. La clé du succès de ce dispositif réside dans la relation étroite entre l'apprenti et son maitre d'apprentissage, la confiance (re)donnée au jeune et le travail collaboratif entre l'apprenti, l'entreprise et le centre de formation.

Osons l’apprentissage ! Plan massif de relance de l’apprentissage 

Le 4 juin dernier, la ministre du travail annonçait déjà quatre mesures importantes pour maintenir l’apprentissage dans le contexte particulier de la crise.

La période de recherche d’une entreprise accueillante par les futurs alternants n’ayant pas pu se dérouler normalement en 2020, les jeunes auront 6 mois (contre 3 mois auparavant)pour trouver un maitre d’apprentissage et pourront entrer en attendant en formation dans les CFA

Ainsi, pour les jeunes entrant en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020, un délai de 6 mois leur est accordé pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat d’apprentissage.. Durant cette période, le CFA est financé pour assurer son accueil.

Création d’une aide exceptionnelle au recrutement des apprenti-es, jusqu’au niveau de la licence professionnelle et pour toutes les entreprises

Aide financière de

 5 000 euros pour un-e apprenti-e de moins de 18 ans ;
 8 000 euros pour un-e apprenti-e majeur-e ;par contrat préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle (bac + 3 – niveau 6 du RNCP).

Pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, cette aide sera versée :

 aux entreprises de moins de 250 salarié-es sans condition ;
 et aux entreprises de plus 250 salarié-es à la condition qu’elles s’engagent à atteindre le seuil de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation de 5% dans leur effectif en 2021, selon des modalités définies par décret (faute de quoi il faudra rembourser les sommes perçues.)

Avec cette mesure, pour les entreprises, le coût du recrutement d’un-e salarié-e en contrat d’apprentissage représente un faible reste à charge – voire quasi-nul – pour la 1e année de contrat.

Autres mesures pour les organismes de formation et les apprentis-es

 La possibilité de financer pour les CFA l’achat de matériels numériques dans le cadre de l’aide au premier équipement ;
 Chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup ou Affelnet pour aller en apprentissage se verra offrir au moins une proposition d’apprentissage.

R_20200715_093512

--

R_20200715_102357

--

R_20200715_101857

--

R_20200715_101404