Moyens d'alerte des populations

 
 

Retrouvez dans cette rubrique des informations sur les moyens d'alerte de la population.

L'alerte de la population

1.   Définition de l’alerte

Les événements graves mettant en péril les personnes et nécessitant leur mise à l'abri se sont accrus : tempêtes, crues torrentielles, incendies, accidents de transport de matières dangereuses... ou bien encore accidents industriels ou attentats...

Tous appellent une réaction immédiate -quitter la zone de danger, se confiner dans un bâtiment- qui ne se conçoit pas sans l'annonce préalable de la survenue d'un danger.

L’alerte des populations consiste donc à diffuser un signal destiné à avertir des individus d'un danger, imminent ou en train de produire ses effets, susceptible de porter atteinte à leur intégrité physique.

Il doit être clairement identifié pour que les personnes concernées prennent toute la mesure du danger. Les messages diffusés visent à informer les populations sur la nature de l’événement et à délivrer des consignes de comportement précises à suivre impérativement.

L’alerte est une mesure exceptionnelle, dont l’efficacité repose également sur une connaissance préalable des risques particuliers auxquels les populations s’exposent.

2.   Les moyens d’alerte : les sirènes

La règlementation concernant les sirènes (Décret n° 2005-1269 du 12 octobre 2005)  est fixée par l'État pour :

i)   Les sirènes du réseau national de l'État

Le Réseau National d'Alerte (RNA) est géré par l'État. Dans le département du Gard 35 sirènes sont reliées au RNA.

Écoutez le son des sirènes RNA émis lors de l’alerte

Écoutez le son des sirènes RNA émis lors de la fin d’alerte

ii)   Les sirènes du Conseil Général : Barrages de Sainte-Cécile d'Andorge et de Sénéchas

L'alerte risque de rupture de barrage concerne divers communes situées en aval des ouvrages.

Sur le Gardon d'Alès, 7 sirènes concernent le barrage de Sainte-Cécile d'Andorge.

Sur la Cèze, 6 sirènes concernent le barrage de Sénéchas.

Écoutez le son de la sirène corne de brume émis lors de l'alerte

Écoutez le son de la sirène émis lors de la fin d'alerte

iii)  Les sirènes des Plan Particulier d'Intervention des sites industriels Seveso seuil haut

5 sites sont équipés de sirènes dans le cadre de leur Plan Particulier d'Intervention (PPIPlan particulier d'intervention)

Syngenta Aigues-Vives
Sanofi Aramon
Rhodia Salindres
Deulep Saint-Gilles
De Sangosse Saint-Gilles

iv)  Les sirènes du Plan Particulier d'Intervention nucléaire du site de Marcoule

Dans le cadre de l'application du plan particulier d'intervention (PPI) du site de Marcoule, un réseau d'alerte a été mis en place afin de diffuser le signal national d'alerte dans les communes situées dans un rayon de 5 km autour du site en cas d'incident ou accident. Les communes concernées sont CHUSCLAN, CODOLET, ORSAN et SAINT-ÉTIENNE-DES-SORTS.

Les sirènes activées sont celles du RNA.

v)   Les sirènes des communes

Certaines communes disposent d'une sirène d'alerte dont elles définissent « librement » les règles d'utilisation, mais celles-ci doivent être mentionner dans leur Plan Communal de Sauvegarde.

3.   Les essais périodiques

Les détenteurs des dispositifs d’alerte doivent s’assurer du bon fonctionnement de leurs matériels.

i)   Sirènes RNA et PPI

Pour les sirènes relevant de l'État et des PPI industriels et nucléaires, les essais ont lieu le premier mercredi de chaque mois, à partir de midi.

Le son que vous entendez durant ces essais est différent de celui que vous entendez en cas d'alerte ou de fin d'alerte.

ii)   Pour les barrages

Les essais ont lieu une fois par trimestre les premiers mercredis des mois de mars, juin, septembre et décembre, à douze heures et quinze minutes. Ils font l'objet d'avis dans la presse.

Le son que vous entendez durant ces essais et qui s'apparente à une corne de brume est différent de celui utilisé en cas d'alerte ou de fin d'alerte.

En complément des consignes réglementaires, les citoyens doivent entreprendre une véritable démarche «professionnelle», visant à s’informer sur les risques qui les menacent individuellement et sur les mesures à adopter. Ainsi chaque citoyen est acteur de sa propre sécurité et doit engager une réflexion autonome, afin d’évaluer sa propre vulnérabilité, celle de son environnement (habitat, milieu…) et mettre en place les dispositions pour les minimiser (cf fiches pratiques sur les bonnes conduites à tenir).

Les fiches pratiques sur les bonnes conduites à tenir

Que faire en cas d'alerte pour agir au mieux