Actualités

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

 
 
Mercredi 25 novembre, dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, Didier Lauga, Préfet du Gard a présidé, ce matin, la Commission Locale d'Aide aux Victimes (CLAV) en présence notamment de Joëlle Gras, sous préfète du Vigan, chargée de la mission "Violences conjugales", de Véronique Compan, procureure adjointe au tribunal judiciaire de Nîmes et de Nathalie Welte, vice procureure au tribunal judiciaire d'Alès.

L’ensemble des autres partenaires et membres du CLAV (Education Nationale, conseil départemental, police, gendarmerie, CIDFF, Direction Départementale de la Cohésion Sociale,CHU de Nîmes, Croix Rouge…) ont participé à cette commission en visio-conférence.

En 2020 (de janvier à octobre), les faits révélés de violences conjugales ont augmenté de 16 % par rapport à 2019, année qui avait été déjà marquée par une hausse de 19 % par rapport à 2018. C’est ainsi que plus de 1162 faits qui ont été relevés en 2020 avec une hausse de 7% en zone de police et de 23% en zone de gendarmerie)

Cette réunion a été l’occasion de faire le bilan suite au Grenelle des violences conjugales lancée le 3 septembre 2019 et qui s’est terminé le 25 novembre 2019. Prés de 56 % des actions envisagées lors de ce Grenelle ont été réalisées, 37 % sont en cours de réalisation et 7% sont reportées à l’année prochaine.

Ainsi cette année, le bilan est positif avec  :

  • 65 places en hébergement d’urgence sont réservées aux victimes de violences conjugales,
  • le nombre de téléphone grave danger a été doublé ( de 6 à 12 postes),
  • des formations dédiées aux personnels en charge de l’accueil des victimes ont étaient mises en place
  • une cellule opérationnelle dédiée au repérage et au traitement des violences conjugales se réunit mensuellement,
  • une réponse aux auteurs de violences est rendue rapide grâce à un renforcement de la coordination des services de la justice et des forces de l’ordre.

Que ce soit le suivi d’un stage de sensibilisation, le placement sous contrôle judiciaire dans un lieu imposé, la pose de bracelet anti rapprochement ou d’autres mesures plus coercitives, une réponse adaptée est prescrite aux auteurs de violences conjugales ou intrafamiliales.

DSC_0072

--

DSC_0057

--

DSC_0081