Les toxi-infections alimentaires collectives (TIAC)

 
 

Démarches à suivre pour un signalement en cas d'intoxication alimentaire collective

Les TIAC sont des maladies à déclaration obligatoire, c'est-à-dire qu’un médecin constatant une TIAC doit obligatoirement informer l’autorité administrative compétente,  l’Agence Régionale de Santé:
 https://www.occitanie.ars.sante.fr/signaler-alerter-declarer-1?parent=1100
Les consommateurs peuvent également signaler directement à l’Agence régionale de Santé les TIAC dont ils estiment être l’objet.
Dans un établissement de restauration collective, le responsable est tenu de signaler, dès qu'il en a connaissance, à l'ARSAgence Régionale de Santé ou à la DDPPDirection Départementale de la Protection des Populations, toute survenue d'un effet indésirable inhabituel pouvant être lié à la consommation d'aliments dans son établissement, chez au moins deux consommateurs.
Pour toute la région Occitanie, les signalements sont reçus à Toulouse au niveau d’un point d’entrée unique fonctionnant 24h/24h
avec une permanence de 8h30 à 18h les jours ouvrés et un relai par un dispositif d’astreinte.
La plateforme régionale de signalement comprend :
Une adresse mail : ars31-alerte@ars.sante.fr
Un numéro de téléphone gratuit pour l’appelant : 0800 301 301
Un numéro de télécopie : 05 34 30 25 86
L'ARSAgence Régionale de Santé informe la DDPPDirection Départementale de la Protection des Populations et communique les éléments concernant les personnes malades.
La DDPPDirection Départementale de la Protection des Populations intervient ensuite pour contrôler les produits et les établissements, afin de rechercher la cause de l'intoxication.
C'est la raison pour laquelle, il est nécessaire en cas d'intoxication alimentaire familiale, de conserver tous les éléments permettant d'identifier précisément la source de la contamination (restes de repas, conditionnements, étiquetages, tickets de caisse, lieux et dates des achats sinon, photos, n° de lot ...) et toutes les informations permettant de cerner le danger (symptômes, corps étranger retrouvé, certificat médical...) devront être conservés pour être communiqués à la DDPPDirection Départementale de la Protection des Populations.
Distinguer une TIAC d’autres maladies est cependant compliqué car une TIAC peut prendre des formes diverses, légères ou graves.
L’évolution dépend de l’importance de la contamination des denrées mais aussi de la sensibilité propre de chacun.
Les risques les plus importants sont pour les jeunes enfants (moins de 5 ans), les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire ou la santé sont affaiblis. Ces personnes doivent être vigilantes sur le mode de préparation et la composition des repas qu’elles consomment. Certaines préparations (plats crus…) et certains aliments sont à éviter.
Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) est, par exemple, la forme clinique sévère d’une infection à Escherichia coli producteurs de shigatoxines (STEC). Il touche particulièrement les jeunes enfants et représente la principale cause d'insuffisance rénale aiguë chez l'enfant de moins de 3 ans.
Parce que l’établissement d’un diagnostic nécessite des compétences particulières, que les TIAC peuvent prendre des formes très diverses et peuvent être graves, il est toujours nécessaire de consulter un médecin.
 
 En cas de signalement direct par un consommateur, cette consultation sera demandée pour valider le signalement. Très souvent, des analyses complémentaires (analyses de selles…) devront également être réalisées.
Les principaux micro-organismes responsables des TIAC sont les bactéries Staphylococcus aureus, Clostridium perfringens, Bacillus cereus, certaines souches d’Escherichia coli, les Salmonelles, les Campylobacter, les Yersinia enterocolitica et les virus entériques.
Une TIAC est généralement liée à l’utilisation de matières premières contaminées et/ou au non respect des mesures d’hygiène et/ou des températures (rupture de la chaine du froid et du chaud) lors de la préparation des aliments.
En raison des températures élevées et de conditions de préparation parfois inhabituelles (cuisine improvisée…), la saison estivale peut faciliter l’apparition des TIAC.

courses d'aliments
4 aliments