Les belles histoires

Cohésion

 

France Relance renforce encore davantage le soutien de l’Etat aux collectivités gardoises dans leurs projets d'investissement local :33 projets ont été retenus pour un accompagnement financier exceptionnel de 9,1 M€ et un soutien à l'investissement local total de 13,9 M€ notamment

  • A Bagnols-sur-Cèze pour l’aménagement de la place Bertin Boissin
  • A Saint-Martin-de-Valgagues pour l’aménagement d’une maison de santé
  • A Saint-Gilles pour la réhabilitation de l’école Jules Ferry
  • Avec la régie de Port Camargue au Grau-du-Roi pour l’amélioration de l’accueil des plaisanciers

et d'autre projets également

Grace au Plan France Relance et avec le soutien du Fonds de coopération de la jeunesse et de l’Éducation populaire (FONJEPFONds de coopération de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire), 6 associations gardoises ont bénéficié du « FONJEPFONds de coopération de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire Jeunes » une aide à l’emploi des jeunes dans les associations. Concrètement, ces 6 associations, actives auprès de la jeunesse et dans les quartiers prioritaires,  vont pouvoir, grâce à cette aide, créer un poste à temps plein et embaucher un jeune dans leur structure. Des animateurs socio-culturels, des médiateurs et un chargé de communication seront embauchés et débuteront leur carrière professionnelle au sein de ces structures. Sont concernés : l’association ALASC à Lédignan, l’association Unis Cité de Nîmes, le centre social ESCAL à Marguerittes, l’association All Style à Alès, la maison de l’eau à Allègre les Fumades et le centre social Le Kiosque à Saint-Julien-les-Rosiers. l’État s’engage à promouvoir la cohésion sociale dans les territoires.

Mais aussi des crédits pour les "jardins partagés" .....Créateur de lien social et culturel, accès et promotion d’une meilleure alimentation, voici les caractéristiques des jardins partagés ou « fermes urbaines » qui fleurissent dans nos villes et nos quartiers. Grace au Plan France Relance, l’État met à disposition 17 millions d’euros pour accompagner la mise en place de jardins partagés. Dans le Gard c’est déjà 225 000 euros qui ont été engagés pour accompagner les communes et les associations pour l’aménagement ou l’extension de ces jardins.

→ Uzès, 140 000 euros pour le création de jardins partagés dans quartiers politique de la ville

→ Association les jardins de Valgalgues à Saint-Martin-de-Valgalgues, 38 000 euros pour la création de jardins partagés au Mas Rathier

CCASCentre communal d'action sociale de Beaucaire, 30 000 euros pur l’extension des jardins partagés de la Grande Ribe

→ Rodilhan, 21 750 euros pour le développement de jardins partagés sur la commune.

→ Association de soutien pour l’insertion à Alès, 17 500 euros pour la création d’un jardin maraicher bio au quartier Montaud.

→ Association le Logis du Soleil à Pont Saint Esprit, 17 000 euros pour la création de jardins partagés dans le quartier de la Charasse.

→ groupe SOS Solidarité à Saint-Gilles, Création de jardins partagés dans l’établissement de santé des Capitelles

→ Association temps libre et l’amicale du jardin du puits à Saint-Génies-de-Malgoirès, 7 000 euros pour la création de jardins partagés

→ Croix Rouge Française de Nîmes, 5 400 euros pour la création d’un jardin partagé pour les résidents de l’EPHAD Indigo de Nîmes

→ Association Notre beau Jardin à Nîmes, 4 800 euros pour la création de jardins partagés au square Paul Tondu à Nîmes.

→ Association Alter égo à Vauvert, 4 700 euros pour la création de jardins partagés au Mas los Cardoares

France relance s'inscrit aussi dans l'amélioration du cadre de vie

Transformation de l'ancienne maison de garde-barrière de Quissac en logement pour la gendarmerie

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la rénovation et du relance de l’attractivité du quartier de la gare avec l’implantation d’un pôle médical et paramédical, une pharmacie, la gendarmerie, une étude notariale, la rénovation de l’ancienne gare avec l’installation d’un restaurant gastronomique ainsi qu’un logement à l’étage et l’implantation d’une nouvelle maison de retraite (dont les travaux sont prévus début 2021). Un projet d'un montant de 520 000 euros  avec un financement de 40 % de l’État soit 208 000 euros.