Les belles histoires

Compétitivité

 

En 2020, L’État a injecté 400 millions d’euros dans les territoires pour accélérer l’investissement industriel. 300 millions d’euros supplémentaires vont être engagés en 2022 pour poursuivre ces investissements et permettre aux industries d’améliorer leur compétitivité.

Dans le département du Gard, Après Ergo Santé, d’autres entreprises ont été accompagnées vers plus d’investissement industriels pour de la modernisation des outils de production, de la relocalisation d’activité, de l’augmentation des capacités de production et la création de nouveaux emplois sur le territoire.

→ 780 000 euros pour l’ entreprise Capelle du groupe KMH sur le site d’Alès pour la création d’un site de recyclage de remorque sur une ancienne friche industrielle ce qui permettra a terme la création de 30 emplois.

→ l’IMT (Institut Mines-Télécom) de l’École des Mines d’Alès à reçu une subvention de 250 000 euros pour la création d’une « école-usine » pour former au mieux des futurs ingénieurs.

→ La société Vega France à Alès a bénéficié d’une subvention de 400 000 euros pour l’acquisition d’un nouveau bâtiment et de nouveaux matériaux de production ce qui permettra de créer 10 emplois supplémentaires,

→ La société COUDENE Michèle situé a Saint-Christol-les-Alès a reçu 200 000 euros pour augmenter sa capacité de production et pour investir dans la transition écologique de son système de production

 
 Focus sur quelques projets

SD tech Micro

La société SD Tech Micro située à Alès est depuis 20 ans spécialisée dans la production et la recherche et développement autour de la poudre fine de minéraux, végétaux ou composite. Un état de la matière très demandé par l’industrie pharmaceutique, cosmétique mais aussi aéronautique.

Grace au plan France Relance, la société SD tech micro a bénéficié de 745 000 euros pour son projet de nouvelle plateforme pharmaceutique baptisée SDTech Pharma. Un secteur en tension et stratégique face à la crise sanitaire que nous traversons. Cette subvention importante permettra la mise en place d’une unité de production dédiée à l’industrie pharmaceutique, de créer un centre de sensibilisation et permettra la création de 15 emplois supplémentaires dans l’entreprise. L’État accompagne les industries qui investissent dans les secteurs stratégiques et d’avenir.

Ergosanté à Anduze :

Concepteur et fabricant de matériel ergonomique pour améliorer les conditions de travail des personnes et lutter contre les maladies professionnelles. Le soutien de France Relance de 800 k€ pour un projet de 2 M€ permettra la relocalisation d’une unité de production de sièges de bureaux ergonomiques préalablement fabriqués au Royaume-Uni et pour le de nouveaux exosquelettes. Le projet doit permettre de doubler les effectifs de l'entreprise en créant 26 emplois.

Sherco à Nîmes :

Constructeur nîmois de motocyclettes depuis 1998. L'entreprise a pour objectif de posséder en France toute la chaîne de valeur stratégique de production des motos en rapatriant sur son site de Saint-Césaire la fabrication des boites de vitesse. Les 2 M€ (2 046 524€) reçus de France Relance pour relocaliser la production de boites de vitesse fabriquées actuellement en Europe de l’est couvrent 30 % des investissements. L'unité de production essentiellement robotisée devrait entraîner la création d'une vingtaine d’emplois. Ce projet présente également un bilan carbone positif du fait de l’acquisition d’équipements moins énergivores et la suppression de la logistique d’approvisionnement.

Témoignage de l'entreprise :

Qu’est-ce que Sherco ? Où en est la marque aujourd’hui ?

Sherco est un constructeur de motos tout-terrain implanté dans la zone industrielle de Saint Césaire à Nîmes. Depuis mai 2020 et le rapatriement de l’usine de Caldes en Espagne, l’ensemble de la production est concentrée sur le site de Nîmes.

C’est une centaine de personnes spécialisées dans le dessin, la conception, la production et la distribution de motos, ensuite exportées dans 68 pays.

Qu’est-ce que le PDR apporte à l'entreprise Sherco ?

Sherco a beaucoup de sous-traitants. Pour le projet boîte de vitesses, nous sous-traitons actuellement en Italie, en Allemagne, en République Tchèque et en Slovaquie. Il s’agit de fournisseurs qui n’investissent pas et qui sont vieillissants. Si nous voulons bénéficier des dernières technologies et nous tenir à la pointe nous devons maîtriser ce segment de fabrication de pignons et de boîte de vitesses.

Dans des moteurs comme les nôtres il y a 3 technologies : la fonderie, l’usinage et les boîtes de vitesses. Nous maîtrisons déjà l’usinage, et nous nous attaquons aujourd’hui aux boîtes de vitesses pour continuer notre progression vers une totale autonomie technologique.

Le Plan de Relance nous permet d’abaisser le prix de revient de l’investissement. Nous sommes aujourd’hui en concurrence avec des entreprises de pays d’Europe de l’Est fortement subventionnées, jusqu’à 50%.

Pour Sherco la subvention apportée par le Plan de Relance est d’environ 30% du montant total investi. Le Plan de Relance nous permet d’être compétitifs sur le plan international et de concrétiser le lancement du projet boîte de vitesses.de l'entreprise :

Le laboratoire Pasquier à Domazan :

Spécialisée dans la fabrication et le conditionnement de compléments alimentaires, la PMEPetites et moyennes entreprises travaille également pour l'industrie pharmaceutique à travers la fabrication des formes liquides buvables (ampoules 2 pointes et flacons).Le projet soutenu par France relance vise à créer un nouveau type de conditionnement primaire de solution liquide plus solide, alternatif à l'ampoule en verre.

Le montant de l’aide est de 500 k€ pour un coût total des investissements de 2,6 M€. Il permettra de créer 15 emplois.